Macérats, Infusions, décoctions : comment tirer le meilleur des plantes pour vos cheveux bouclés à crépus ?

Commet extraire efficacement les actifs des plantes pour les mettre au service de votre beauté ? Notre article “4 plantes africaines et leurs vertus pour vos cheveux bouclés” exposait les ressources à disposition pour répondre à divers besoins capillaires. Maintenant les plantes identifiées, il est important de savoir par quelles méthodes les préparer à intégrer votre routine capillaire.

Notre post Instagram sur l’hibiscus ou sur l’orange faisait notamment allusion à la préparation d’une infusion ou d’un macérat aqueux. En effet ces méthodes font partie des plus simples lorsqu’il s’agit de bénéficier des actifs d’une plante immédiatement sans trop d’effort. Les produits finis que l’on en tire servent autant d’eau de rinçage après un shampoing, que de brume hydratante ou encore de soin nutritif, si le substrat initial est de l’huile.

Nous avons ainsi jugé nécessaire de rappeler la différence entre infusion, macérat, décoction et comment réaliser ces préparations pour en tirer le maximum de bénéfices.

1- La macération

C’est la méthode d’extraction la plus douce des trois présentées. Elle consiste à simplement plonger la matière végétale dans une substance aqueuse ou grasse et à laisser faire la libération d’actifs. Celle-ci peut prendre jusqu’à 48 heures, c’est pourquoi il est important de laisser la préparation dans un récipient couvert, à température ambiante et à l’abri de la lumière pour ne pas la détériorer.

La macération est une méthode idéale pour les plantes ou parties de plante dont les actifs ne supportent aucune source de chaleur, typiquement les fleurs. Mais les poudres de feuilles séchées (sidr, moringa, pulpe de baobab) peuvent être macérées également dans des huiles. Ce notamment pour créer une synergie entre les deux corps.

2- L’infusion

Cette technique consiste à faire frémir de l’eau puis à rajouter ensuite la plante hors du feu. Le temps d’infusion peut être plus ou moins long selon la plante choisie et sa capacité à libérer ses actifs. L’infusion est idéale pour les corps qui supportent la chaleur mais dont les propriétés risquent tout de même d’être altérées si l’exposition est prolongée. Les feuilles se prêtent bien au jeu comme l’hibiscus ou le kinkéliba. Ces feuilles peuvent également être macérées, la méthode sera toujours plus douce mais l’avantage de l’infusion c’est qu’elle prend moins de temps à préparer.

3- La décoction

Cette méthode d’extraction est la moins douce de toutes mais c’est en cela qu’elle convient aux parties dures de la plante. Elle consiste à insérer la matière végétale dans de l’eau, puis à porter le tout à ébullition quelques minutes. Retirer ensuite du feu et procéder à la filtration après refroidissement.

La décoction convient particulièrement aux écorces, graines ou racines. En effet pour libérer les actifs contenus dans ces parties il est d’abord nécessaire de faire éclater leur enveloppe protectrice.

La méthode d’extraction dépend donc de la plante concernée et de l’effet que l’on trouver avec le produit fini. Faire ses produits cosmétiques soi-même a toujours la côte. S’il ne faut pas jouer aux apprentis chimistes et bien étudier la question avant de se lancer dans certaines préparations, les recettes minutes peuvent dépanner.

Et si vous n’avez juste pas le temps pour tout ça, consultez notre article sur comment diviser la durée de votre routine capillaire par deux, il est fait pour vous !

PLUS D'ARTICLES